Josiane Cloutier

Détails

Perron d’église

Toutes les nations du monde ont inventé une boisson adaptée à leur territoire. Dans une société métissée, c’est la bière qui est devenue le breuvage auquel le Québécois s’identifie et qui apporte un élément de partage. Depuis la diminution de l’influence catholique, les microbrasseries sont devenues des lieux de rassemblement centraux pour des villes et villages où le tissu social s’est fragilisé. À-travers cinq établissements du Bas Saint-Laurent, on découvre le nouveau perron d’église, soit là où les différentes générations se rencontrent pour jaser de la vie autour d’une bière. Des lieux historiques transformés en microbrasseries, des institutions désacralisées, des noms de bières tirés de contes et légendes du folklore, certains points de l’histoire québécoise sont bien souvent le pilier et l’élément différenciateur des établissements brassicoles. L’économie locale des régions se voit modifiée par l’arrivée du tourisme, mais également par des changements au milieu agricole où apparaissent les cultures d’ingrédients composant les bières. Lieux de rassemblement, créateurs d’emploi et symboles de l’histoire locale, les établissements brassicoles portent plusieurs étiquettes et leurs propriétaires se font une fierté d’expliquer les changements qu’ils apportent dans leurs quartiers ou villages.